21 Jan, 2020

 

Dans un texte paru dans les colonnes de l’Hebdomadaire haïtien, Le Matin, du vendredi 29 juillet au lundi 1er août 2011, des organisations de défense et de promotion des droits humains dont le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) et la Plateforme des Organisations Haïtiennes des Droits Humains (POHDH) plaident en faveur de l’aménagement du territoire national qui, selon elles, est une nécessité pour que tous les espaces du pays soient utilisés à bon escient dans le cadre de la reconstruction d’Haïti. « Il est impératif que l’Etat procède à des lotissements en vue d’entreprendre des projets de reconstruction susceptibles d’apporter une réponse aux problèmes de l’espace en Haïti. », déclarent les responsables de ces organisations.

Publié dans Droits de l'Homme

A l’initiative de la Red Cultural Dominicana, de concert avec la Fondation Sant Pon Ayiti, le GARR et APROSIFA, s’est tenue en Haïti les 29 et 30 juillet 2011 “la Caravane culturelle de l’île”. Plus d’une centaine d’artistes (musiciens, sculpteurs, peintres, etc.) issus de part et d’autre de la frontière haïtiano-dominicaine y ont pris part.

A l’initiative de la Red Cultural Dominicana, de concert avec la Fondation Sant Pon Ayiti, le GARR et APROSIFA, s’est tenue en Haïti les 29 et 30 juillet 2011 “la Caravane culturelle de l’île”. Plus d’une centaine d’artistes (musiciens, sculpteurs, peintres, etc.) issus de part et d’autre de la frontière haïtiano-dominicaine y ont pris part.

Ayant pour objectif de “renforcer la solidarité et les échanges culturels entre Haïti et la République Dominicaine”, cette activité s’est déroulée autour du thème “Marchons sur la route de la solidarité”.

Le lancement officiel de cet événement culturel a eu lieu le vendredi 29 juillet sur la place de Jimaní, en République Dominicaine. « Cette activité se veut une nouvelle page de l’histoire de ces deux peuples qui ont tant de choses en commun », a lancé le Révérend père Yves Edmond, coordonnateur de Sant Pon Ayiti. « Cette initiative témoigne une fois de plus du lien qui unit ces deux peuples », a renchéri Roldán Mármol, président fondateur de la Red Cultural Dominicana.

Présent à ce coup d’envoi, le Ministre des Haïtiens vivant à l’étranger a salué cette initiative qui, affirme-t-il, est une nouvelle expression de la solidarité entre les peuples haïtiens et dominicains. Edwin Paraison a dit souhaiter que cette caravane devienne une activité périodique.

A Jimaní, le cortège s’est ébranlé aux environs de 4 heures PM vers Haïti où plusieurs escales étaient prévues : Fonds-Parisien, Ganthier, Croix-des-Bouquets. C’est à l’arrêt de Ganthier que la partie haïtienne avait, via la Twoup Kiltirèl Dawome, souhaité la bienvenue aux Dominicains. Pour ce faire, les danseurs-euses de ladite troupe, vêtus de couleurs vives pour certains, et arborant des costumes rappelant ceux des indiens pour d’autres, ont exécuté une chorégraphie sur fond de rara. Ce pèlerinage a été l’occasion pour les participants de procéder à un échange de fanions et pour les Maires de Jimaní et Ganthier de déclarer la route Jimaní/Port-au-Prince : "Route de la Solidarité". La délégation a visité les Camps de Mega 4 et de St Louis (Caradeux), sites sur lesquels les artistes dominicains, de concert avec leurs homologues haïtiens, ont animé des ateliers de danse, dessin, peinture et sculpture, entre autres, à l’intention de plusieurs jeunes talents.

Dans l’après-midi du samedi, a eu lieu à l’Hôtel Oloffson, une réunion au cours de laquelle les artistes des deux pays ont réfléchi sur les mécanismes à mettre en place pour faire de cette activité un grand événement culturel annuel de solidarité entre les 2 peuples se partageant l’île. Ils en ont profité pour créer l’animation dans une atmosphère empreinte de fraternité.

Le clou de cette caravane était prévu dans la soirée, avec l’organisation d’un grand spectacle au Champs-de-Mars.

Initialement prévue en octobre 2010, cette caravane avait du être reportée en raison de l’apparition le même mois de l’épidémie de choléra et la tenue des dernières élections présidentielles et législatives.

La Caravane culturelle de l’île se veut un hommage à la fois en mémoire des victimes du tremblement de terre du 12 janvier 2010, du samba Azor (récemment décédé) et de Rooldine Lindor (jeune étudiante haïtienne lâchement assassinée en République Dominicaine).

« La Caravane de l’île » n’est pas la première initiative du genre à l’actif des institutions organisatrices. En témoignent les 4 éditions de la foire culturelle binationale tenue respectivement en 2004 (Fonds-Parisien/Jimaní), 2006 (Dajabón/Ouanaminthe), 2008 (Belladère/Elias Piña) et 2010 (Pedernales/Anse-à-Pitre) ; sans oublier un Concours de chant binational contre la Traite et le Trafic de personnes, réalisé en 2006 avec des groupes d’artistes haïtiens et dominicains.

 

Les funérailles de l’étudiante Rooldine Lindor assassinée à Santo Domingo ont été chantées dans une atmosphère lourde de tristesse, dans la matinée du mercredi 27 juillet 2011, à l’Eglise Adventiste du 7è jour, à la rue de la Réunion (Port-au-Prince). Les proches de la victime, des étudiants-es, des membres du gouvernement sortant, des parlementaires, des représentants-es d’organismes de défenses des Droits humains dont le GARR étaient présents pour lui rendre un dernier hommage.

Page 11 sur 11

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle