29 Jan, 2020

C’est sous le thème « Koperativ lojman, yon altènativ pou yon fanmi gen yon kay  » que plus d'une centaine de coopérant(e)s ont gagné les rues de la commune de Lascahobas pour réclamer un logement décent pour chaque famille. Appuyée par le GARR et la COOPHABITAT, une coopérative dominicaine, cette marche a permis aux organisateur(trice)s de sensibiliser les gens de la communauté sur la nécessité d’intégrer le mouvement coopératif.

Publié dans Droits de l'Homme

« République Dominicaine et sa politique migratoire anti-haïtienne : 2 ans après l’Arrêt TC 168-13, quel avenir pour les victimes ? », c’est autour de ce thème que  le  Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) a marqué le 2ème anniversaire de la sentence de la Cour constitutionnelle dominicaine, le 23 septembre 2015.

Deux cents (200) familles haïtiennes revenues de gré ou de force de la République Dominicaine et installées dans la commune frontalière d’Anse-à-Pitre (Sud-est) depuis le mois de mai 2015 ont reçu des kits alimentaires et hygiéniques du GARR, le 14 septembre 2015. Dans ces kits figuraient du pois, de l’huile, du sucre, de l’avoine, du spaghetti, du riz, du lait et des produits hygiéniques.

Publié dans Migrants

La situation des migrant(e)s haïtiens tend à se détériorer ces derniers jours en territoire brésilien. Ces derniers font face à de sérieuses difficultés au niveau de l’accès à un emploi, l’infrastructure d’accueil et sanitaire.  La capacité d’accueil des centres d’hébergement se trouvant en grande partie dans la capitale brésilienne devient insuffisante. Ce, en raison de l’augmentation du nombre de migrant(e)s.

Publié dans Migrants

Après la Guadeloupe et la Guyane, le Collectif Haïti de France et le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés, étaient en Martinique cette semaine afin d’aider à la mise en place d’un réseau de soutien aux migrants haïtiens.

Publié dans Migrants

Un ressortissant haïtien dénommé Willin Yrak a été tué à l’arme blanche dans la nuit du 19 août 2015 à Hatillo Palma, une ville dominicaine de la province de  Montecristi. Deux autres ressortissants haïtiens non identifiés ont été également portés disparus, a rapporté un partenaire du GARR à Santiago.

Il était environ 1 heure de l’après midi quand Célestin, 33 ans, ses quatre enfants âgés respectivement de 14 ans, 5 ans, 3 ans, 4 mois et sa sœur Naïka, 18 ans, ont été accueillis par le GARR au commissariat de Port-au-Prince, le samedi 15 août 2015. Cette famille de 5 personnes a été rapatriée au point frontalier de Malpasse/Jimani, le vendredi 14 août 2015.

Le corps sans vie d’une haïtienne dénommée Johanne Paul, 23 ans,  a été retrouvée à La Segunda Calle Tercera, à Pedernales, ville frontalière dominicaine voisine de la commune d’Anse-à-Pitres (Sud-est d’Haïti). Ce crime odieux a été perpétré tandis qu’on observe la réouverture de la frontière de Pedernales dans la matinée du vendredi 7 août 2015 aux environs de 9 heures.

La frontière dominicaine de Pedernales a été fermée, ce jeudi 6 août 2015, en raison de la perte de deux armes à feu appartenant à des militaires dominicains. Selon ces derniers, leurs armes seraient volées par un groupe d’au moins 7 Haïtiens, le mardi  4 août écoulé, en territoire voisin.

Plusieurs centaines de personnes ont marché dans les rues de Port-au-Prince, le mardi 21 juillet 2015, à l’initiative d’un groupe d’organisations de la société civile haïtienne. Cette marche visait à exiger de l’Etat dominicain le respect de la dignité des ressortissant(e)s haïtiens vivant sur le territoire dominicain. Les organisateurs (trices) de la marche ont également réclamé du gouvernement haïtien des actions fermes proportionnelles aux agressions racistes ciblant les migrant (e)s haïtiens.

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle