28 Jan, 2020

Du week-end écoulé jusqu’à ce mercredi 17 juin, date butoir du PNRE,  un retour «volontaire» en série de plusieurs centaines de migrant(e)s haïtiens a été observé dans divers points frontaliers officiels et non officiels d’Haïti et de la République Dominicaine. Une soixantaine de ressortissant (e)s haïtiens ont été rapatrié(e)s à la frontière de Jimani/Malpasse, le 16 juin 2015.

Plusieurs dizaines de personnes ont gagné les rues de la commune d’Anse-à-Pitre (Sud-est d’Haïti), le mardi 2 juin 2015, pour dénoncer l’action entreprise par l’agent exécutif intérimaire municipal, Michel-Ange Morlan. Ce dernier a procédé à l’exploitation de carrière dans le littoral de la Saline au profit d’un entrepreneur dominicain, a rapporté Jean Kellerman Jasmin, l’animateur du GARR de la zone.

Nous, organisations de la Société Civile haïtienne et dominicaine, exprimons nos vives inquiétudes face à la date de clôture  du Plan National de Régularisation des Étrangers (PNRE) qui entraine l’accélération des déportations abusives et illégales de la part des agents de l’immigration et des militaires du CESFRONT en République Dominicaine. Lesquelles déportations qui se font dans la violation la plus complète de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Protocole d’accord sur les mécanismes de rapatriement signé entre Haïti et la République Dominicaine, le 2 décembre 1999. 

Plusieurs organisations dominicaines et haïtiennes montent au créneau contre la démarche de la République Dominicaine de procéder à des rapatriements massifs à la fin du PNRE. A maintes reprises, ces organisations réclament une prolongation du PNRE complétée par une révision des documents exigés afin d’éviter à Haïti une catastrophe humanitaire.

Au cours d’une conférence de presse donnée à Port-au-Prince, le 20 mai 2015, la Christian Visionary International Ministry (CVIM) a manifesté ses inquiétudes par rapport au dossier des migrants-es haïtiens qui sont sur le point d’être massivement rapatriés à la frontière à partir du 16 juin prochain.

Suite à l’intervention, le 12 mai 2015, des policiers du commissariat de Mirebalais et des agents de l’UNPOL, deux femmes frisant la soixantaine qui étaient séquestrées depuis le 8 mai 2015 à Anba Michlèt, localité de Savanette ont été relâchées, a appris le GARR.

mardi, 12 mai 2015 18:28

Des ouvriers agricoles rapatriés-es à Savanette Spécial

Des  vagues de rapatriements  sont observés entre les 2 et 8 mai  2015  sur la frontière de Cañada/Miguel, à Savanette (Centre d’Haïti). Selon les membres du Comité de droits humains du RFJS de la commune, plus de 200 ressortissants-es haïtiens en majorité des ouvriers agricoles auraient été rapatriés durant cette période.

La sentence de la Cour constitutionnelle dominicaine prononcée le 23 septembre 2013 rendant apatrides des milliers de Dominicains d’ascendance haïtienne est désastreuse et ternit l’image de la République Dominicaine, martèle Arturo Victoriano, professeur à l’Université de Toronto.

Le GARR a tenu une mission de suivi du Plan national de régulation des étrangers en situation de migration irrégulière (PNRE) et du Programme de documentation des immigrants haïtiens (PIDIH) à Santo Domingo, du 19 au 23 avril 2015. Cette mission visait à observer notamment, dans une perspective de droits humains, la réalité des migrants-es haïtiens qui sont à risque d’être rapatriés-es en grand nombre à la date butoir du PNRE, le 15 juin 2015.

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle