03 Apr, 2020
lundi, 01 août 2011 18:16

L’ombre de Rooldine Lindor…sur le passage de la Caravane haïtiano-dominicaine

L’ombre de Rooldine Lindor…sur le passage de la Caravane haïtiano-dominicaine © Francisca Stuardo, 2011

 

Du vendredi 29 au dimanche 31 juillet 2011, plus d’une centaine d’artistes dominicains formant une caravane culturelle, ont fait le trajet Santo-Domingo/Port-au-Prince pour apporter un message de paix, de solidarité et de justice dans les relations entre Haïti et la République Dominicaine. Sur tout le parcours, des gens qui circulaient en véhicule, à pied ou qui se trouvaient tout bonnement sur leurs balcons n’ont pas manqué de questionner la sincérité de ce message, considérant l’assassinat récent d’une jeune étudiante haïtienne en territoire dominicain. Le vendredi 29 juillet, au niveau de Ganthier, quand la Caravane s’est arrêtée pour saluer la population de cette communauté, un jeune garçon a vite sorti un morceau de carton sur lequel il a inscrit « Vous devez faire cette solidarité d’abord en République Dominicaine en empêchant l’assassinat de nos compatriotes ».

 

Du vendredi 29 au dimanche 31 juillet 2011, plus d’une centaine d’artistes dominicains formant une caravane culturelle, ont fait le trajet Santo-Domingo/Port-au-Prince pour apporter un message de paix, de solidarité et de justice dans les relations entre Haïti et la République Dominicaine. Sur tout le parcours, des gens qui circulaient en véhicule, à pied ou qui se trouvaient tout bonnement sur leurs balcons n’ont pas manqué de questionner la sincérité de ce message, considérant l’assassinat récent d’une jeune étudiante haïtienne en territoire dominicain. Le vendredi 29 juillet, au niveau de Ganthier, quand la Caravane s’est arrêtée pour saluer la population de cette communauté, un jeune garçon a vite sorti un morceau de carton sur lequel il a inscrit « Vous devez faire cette solidarité d’abord en République Dominicaine en empêchant l’assassinat de nos compatriotes ».

A chaque fois que la Caravane a fait une pause quelque part, que ce soit dans les rues ou dans les camps que les artistes ont visités, les gens n’ont pas manqué d’échanger avec eux sur les difficultés dans les relations avec Haïti. Certains ont approuvé par des gestes les messages qu’ils entendaient contre la discrimination et le racisme dans les relations haïtiano-dominicaines. D’autres ont applaudi chaudement cette initiative et ont encouragé les initiateurs de l’activité à persévérer dans cette voie pour changer les mentalités et les comportements.

L’initiative qui porte le nom de « Caravane culturelle de l’île » vise à promouvoir des relations plus justes et plus fraternelles sur l’île à travers la culture. Au rythme de la musique et de la danse, les artistes dominicains se sont arrêtés dans plus d’une dizaine de communautés dominicaines et haïtiennes pour délivrer le message.

Au cours du spectacle de clôture donné au Champ-de-Mars dans la soirée du 30 juillet par des artistes haïtiens et dominicains, des voix se sont élevées dans la foule à plusieurs reprises pour demander justice pour les Haïtiens victimes d’abus en République Dominicaine, notamment pour Rooldine Lindor dont les funérailles avaient été chantées deux jours auparavant à Port-au-Prince. « J’aime beaucoup la République Dominicaine, sa musique, son peuple. C’est pourquoi je suis ici ce soir pour écouter et voir les artistes. Mais je désapprouve les mauvais traitements infligés aux Haïtiens là-bas », a confié un jeune spectateur à un membre du staff du GARR.

Avant de clore la soirée, Roldán Mármol, principal organisateur de cette première édition de la Caravane culturelle de l’île a condamné devant la foule, l’assassinat de la jeune Rooldine et tous les autres mauvais actes perpétrés contre les Haïtiens en République Dominicaine. « Nous faisons partie des artistes dominicains qui ont toujours soutenu les Haïtiens là-bas. Nous croyons que nos deux peuples doivent vivre en harmonie sur cette île que nous partageons. C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui pour donner, à travers la culture, ce message d’amour, de paix, de tolérance, de convivialité dans lequel nous croyons » a dit en substance Roldán un musicien dominicain qui excelle à danser le rara. « Avec vous, nous réclamons Justice pour Rooldine et nous promettons de continuer à suivre ce dossier pour que ceux qui ont perpétré cet acte crapuleux soient jugés et condamnés ». Ces paroles ont été chaudement applaudies.

Auparavant, le Réseau Culturel dominicain, un regroupement d’artistes de plusieurs horizons qui a eu l’idée d’organiser la Caravane culturelle de l’île, avait envoyé en Haïti un message de condoléances aux parents de Rooldine Lindor et un hommage au Samba Azor décédé le 16 juillet 2011.

 

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le mardi, 07 février 2012 19:31

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle