08 Dec, 2019
vendredi, 13 septembre 2019 15:57

Journée de réflexion autour de l’exploitation des mines en Haïti Spécial

A l’initiative du Kolektif Jistis Min (KJM), une journée de réflexion autour de l’exploitation des ressources minières en Haïti a été organisée à Port-au-Prince le 7 septembre 2019. Cette activité à laquelle ont participé GARR et CE-JILAP, s’inscrit dans le cadre d’une visite de partage d’expériences sur l’exploitation des mines en Haïti d’une délégation provenant de Salvador et du Guatemala (Amérique centrale).  Composée de 4 personnes : Yanira Cortez Estevez, Bernado Belloso, Elson Perez Sanchez et Antonio Pacheco, cette délégation a séjourné en Haïti du 4 au 10 septembre.

Intervenant en la circonstance, les panélistes ont mis l’accent sur l’impact de l'exploitation des mines qui est, selon eux, d’ordre économique, sanitaire et environnemental.

Sur le plan économique, l’exploitation des mines métalliques ne contribue pas vraiment au développement des pays concernés, mais à l’enrichissement des entreprises multinationales qui travaillent dans l’extraction de ces mines. Au contraire, elle augmente la vulnérabilité des populations qui vivent à proximité des sites.

D’origine guatémaltèque, Elson Perez lutte contre l’exploitation des mines au Guatemala. Faisant partie des panélistes, il a mis en relief les conséquences de l’exploitation des mines sur la vie de la population en général.  

Selon lui, malgré l’exploitation des ressources minières depuis 20 ans au Guatemala, ce secteur représente seulement 0,3% du PIB contre 20% pour l’agriculture et l’élevage.

Cette activité, a-t-il dit, requiert beaucoup d’eau. Ce qui provoque une certaine pénurie dans les zones d’extraction, soit environ 694 millions 317 milles 600 gallons d’eau par an. Car, pour extraire 10 grammes d’or dans un minerai, il faut 250 000 litres d’eau toutes les 60 minutes pour laver le minerai.

«Les entreprises d’exploitation minières nous volent de l’eau. Cette dernière devrait être allouée pourtant à l’agriculture, à l’élevage et aux besoins premiers de la population. », a-t-il déploré.

L’exemple du Guatemala montre que l’exploitation des mines n’est pas synonyme de développement économique puisqu’il fait partie des pays les plus vulnérables de l’Amérique centrale. Notons que l’État haïtien mise sur l’exploitation des mines métalliques d’Haïti dans leur plan de développement à l’horizon 2030.

Sur le plan environnemental, pendant ou après l’exploitation des mines métalliques, les sources d’eau et les rivières environnantes sont empoisonnées par les déchets des produits chimiques utilisés lors de l’extraction. Ces produits qui sont cancérigènes, rendent les terres incultivables. A titre d’exemple, on peut citer le cyanure. Ce produit très toxique utilisé pour séparer l’or de la terre, peut entrainer de graves problèmes de santé. Ses conséquences sont néfastes pour l’environnement et peuvent durer plus d’un siècle. 

De l’avis de Peterson Dérolus, membre du Kolektif Jistis Min (KJM), l’exploitation des mines dans les régions concernées rend les populations plus vulnérables.

« Il est important que le peuple haïtien soit renseigné sur les nombreuses conséquences liées à l’exploitation des mines. », a-t-il déclaré tout en indiquant que les autorités haïtiennes ont déjà délivré 53 permis d’explorations dont 3 permis d’exploitation aux compagnies minières.

Pour lutter contre les exploitations des mines métalliques,  Bernardo Belloro, membre du Comité Pro Desplazados del Salvador (CRIPDES), plaide en faveur d’une alliance entre les organisations de la société civile, des alliances aux niveaux local, national et international ainsi que des activés de plaidoyer.

Soulignons que les représentant-e-s d’organisations de la société civile de Salvador et du Guatemala se sont montrés très sceptiques par rapport aux avantages de l’extraction des mines métalliques dans le sous-sol haïtien. Ils croient qu’une telle initiative ne fera qu’augmenter la souffrance de la population. De ce fait, ils jugent inopportun que l’État haïtien puisse se livrer à de telles entreprises.

Ils exhortent par ailleurs les autorités haïtiennes à mesurer les conséquences que pourraient avoir l’exploitation des mines sur les communautés directement concernées mais également sur le pays en général.

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le vendredi, 13 septembre 2019 17:23

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle