08 Dec, 2019
vendredi, 12 juillet 2019 14:44

Chili/ régularisation : la déportation sera une mesure extrême

La Conseillère technique en communication du GARR,  Sophie Stanké et l’Ambassadeur du Chili en Haïti, Patricio Utreras entourés de Géralda Sainville et de Josué Michel  respectivement  Responsable de communication et plaidoyer et Assistant en communication au GARR La Conseillère technique en communication du GARR, Sophie Stanké et l’Ambassadeur du Chili en Haïti, Patricio Utreras entourés de Géralda Sainville et de Josué Michel respectivement Responsable de communication et plaidoyer et Assistant en communication au GARR Photo: Angela Tobar

Le gouvernement chilien donne jusqu’au 22 juillet 2019 aux ressortissants haïtiens en particulier ceux et celles qui ont déjà entamé le processus de régularisation pour finaliser leur dossier. Après avoir soumis un passeport valide et un certificat émis par la Direction centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) d’Haïti, il reste 10 jours aux migrants pour s’inscrire en ligne sur le site https://reservahora.extranjeria.gob.cl/ingreso et prendre un rendez- vous afin d’obtenir un tampon sur leur passeport.

Préoccupé par le sort de 50,000 migrant-e-s haïtiens inscrits sur le registre du gouvernement chilien, le GARR a tenu à rencontrer l’ambassadeur du Chili  en Haïti, Patricio Utreras, pour connaitre l'avenir de bon nombre d’entre eux/elles au Chili  qui  n’auront pas réussi à régulariser leurs dossiers.

«Nous  sommes dans la phase finale de la régularisation. Le plus important, c’est de prendre un rendez- vous en ligne. Dès que le rendez-vous est pris, le migrant sera en attente, ce qui veut dire qu’il est en phase de terminer le processus. Toutefois après le 22 juillet 2019, si le migrant se trouve en irrégularité administrative, des mesures seront appliquées selon la particularité de chaque cas.», confirme l’ambassadeur chilien

La déportation massive des ressortissantes et ressortissants haïtiens ne semble pas  être envisagée par le gouvernement chilien. « En un an, nous avons déporté qu’un seul migrant haïtien et c’était depuis 2015. La déportation s’appliquera seulement en cas de mesure extrême. », ajoute  le diplomate.

La situation peut ne pas être aussi simple pour tous les migrants haïtiens arrivés au Chili. Ceux qui ne maîtrisent pas l’Espagnol et l’Internet auront des difficultés à s’inscrire sans l’aide d’une tierce personne.

Qu’en est-il des frais à payer ? A ce sujet, l’ambassadeur Utreras dit ne pas avoir une idée exacte des frais exigés.

Rappelons que la première phase de régularisation a débuté le 23 juillet 2018. Ce programme dont la deuxième phase prendra fin le 22 juillet 2019 fait partie de la proposition de réformer la loi sur la migration, signée le 9 avril 2018 par le Président de la République du Chili, Sebastián Piñera Echeñique.

Selon les données de l’Ambassade du Chili, plus de 200,000 Haïtiens vivent actuellement au Chili. Bon nombre d’entre eux sont entrés sur le territoire avec un visa touriste d’une durée de 90 jours au maximum.

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le mardi, 23 juillet 2019 14:58

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle