08 Dec, 2019
lundi, 19 août 2019 19:51

90 migrants haïtiens appréhendés aux Îles Turques-et-Caïques et 146 autres interceptés en haute mer Spécial

Des migrant-e-s haïtiens lors de l'accueil à la garde-côte du Cap-Haïtien Des migrant-e-s haïtiens lors de l'accueil à la garde-côte du Cap-Haïtien Photo: GARR

Une embarcation de fortune qui transportait au moins 37 migrants haïtiens dont 26 hommes et 11 femmes a été appréhendée le 10 août 2019 suite à son arrivée aux Îles Turques-et-Caïques. Un jour après, soit le 11 août, la Garde côtière américaine a intercepté en haute mer 146 boat people haïtiens (120 hommes, 22 femmes et 4 mineurs) qui se trouvaient à bord d’une autre embarcation.  53 autres voyageurs haïtiens ont été appréhendés à bord d’un petit navire le 12 août 2019, sur le même territoire britannique. Ce qui fait  un total de 236 migrant-e-s haïtiens dans moins d’une semaine.

Au nombre de ces migrant-e-s qui provenaient pour la plupart des départements du Nord et du Nord-Ouest, 146 ont été reconduits en Haïti le 13 août 2019. Les 90 autres sont placés  dans un centre de détention avant d’être déportés sous peu en Haïti.

La vague inhabituelle des  236 migrant-e-s haïtiens qui ont tenté de fuir Haïti dans moins d’une semaine a suscité de « grandes inquiétudes» chez Valden Delroy Williams, ministre de l’immigration des Îles Turques-et-Caïques.

M. Williams s’est dit préoccupé de la façon dont les ressortissant-e-s haïtiens continuent de mettre leur vie en péril au quotidien dans des voyages périlleux en haute mer.

« Assez, c’est assez ! Bien que je comprenne ce qui se passe en Haïti et ce que le peuple haïtien y vit, nous devons protéger les  Îles Turques-et-Caïques pour les générations futures.», a-t-il martelé.

Le ministre de l’immigration de cet archipel britannique menace de mettre fin à la migration régulière d’Haïti vers le territoire d’outre-mer britannique si le gouvernement haïtien ne  contrôle pas le flux migratoire de ses ressortissant-e-s.

Il en a profité pour appeler les migrant-e-s haïtiens vivant en situation régulière aux Îles Turques-et-Caïques à «décourager leurs proches de voyager clandestinement en vue de s’installer de manière irrégulière aux Îles Turques-et-Caïques».

Situé à 137 kilomètres de la côte nord d’Haïti et à 372 kilomètres de Miami, ce territoire  britannique est devenu depuis plusieurs années un tremplin pour les Haïtiens et Haïtiennes désespérés fuyant les difficultés économiques et politiques.

Soulignons qu’au début de l’année 2019, plus de 3 embarcations ont été déjà interceptées par les autorités britanniques.  Les voyageurs haïtiens qui s’y trouvaient avaient été soumis à des interrogations et ensuite inculpés pour débarquement illégal. Plusieurs d’entre eux ont été rapatriés en Haïti.

Face à la recrudescence de l’immigration clandestine enregistrée ces derniers jours en haute mer, le GARR s’inquiète. Il appelle les autorités haïtiennes à travailler en vue de l’amélioration des conditions de vie des catégories les plus vulnérables du pays.  Ce qui les encouragera à rester en Haïti  sans être contraintes de mettre leur vie en péril dans des voyages clandestins en haute mer souvent incertains.     

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le mercredi, 21 août 2019 13:10

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle